Les favoris de Sarah

Requins

Les requins sont présents dans toutes les mers et tous les océans du globe, à l'exception de l'Antarctique. .

Quelques espèces, comme le requin bouledogue, sont capables de vivre en eau douce ou peu salée (fleuves, rivières, lacs). Il leur arrive de remonter certains fleuves jusqu'à plus de 3 000 km à l'intérieur des terres, comme dans le Zambèze et le lac Victoria, en Afrique.Ils sont même présents dans le Lac Titicaca, en Amérique du Sud, s'y étant retrouvés enfermés après que l’ensemble de l’Altiplano ait été soulevé. Certaines espèces sont pélagiques, d'autres côtières ; on trouve des requins depuis la surface jusqu'à 2 500 m de profondeur environ.

  • Familles

    Familles

    On compte 480 espéces de requins, regroupées dans la classe des sélachimorphes mais Les requins se répartissent en huit familles en fonction de leurs caractéristiques morphologiques

    Les requins sont trés proches des raies et avaient été initialement placés dans la même famille, le sous groupe squalea des sélachimorphes contenait certains requins et la totalité des raies. Les études génétiques modernes ont conduit à revoir cette classification. Le groupe monophylétique des Sélachimorphes regroupe toutes les espéces de requins. Parmi les nombreuses éspéces de requins, seules la moitié mesurent plus d'un métre de long; et seules une douzaine peuvent être considérées comme dangereuses .

  • Espéces

    Ci-dessous, la liste des espéces  les plus fréquentes dans l'Atlantique Nord. pour plus de détails voir ce site : Institut Océanique de Bedford

    • Requin Blanc

      Requin Blanc

    • Requin Bouledogue

      Requin Bouledogue

    • Requin Tigre

      Requin Tigre

    • Aiguillat commun

      Aiguillat commun

    • Aiguillat Noir

      Aiguillat Noir

    • Requin à nez pointu

      Requin à nez pointu

    • Requin Pélerin

      Requin Pélerin

    • Requin bleu

      Requin bleu

    • Roussette des profondeurs

      Roussette des profondeurs

    • Requin Obscur

      Requin Obscur

    • Laimargue Atlantique

      Laimargue Atlantique

    • Rameur

      Rameur

    • Pailona

      Pailona

    • Requin-Taupe commun

      Requin-Taupe commun

    • Requin Taupe bleu

      Requin Taupe bleu

    • Sagre rude

      Sagre rude

    • Requin Taureau

      Requin Taureau

    • Emissole douce

      Emissole douce

    • Requin Marteau commun

      Requin Marteau commun

    • Renard Marin

      Renard Marin

    • Alimentation

      Alimentation

       Tous les requins  sont carnivores !

      Crustacés, mollusques de tout genre (poulpe, seiche, calmar, bivalves et gastéropodes), échinodermes (surtout les oursins), espadons, thons, otaries, lions de mer, dauphins, baleines, éléphant de mer, serpents de mer, vers marins, oiseux (albatros), requins, esturgeons, saumons, harengs, morues, narval, bélougas, sardines, petits animaux planctoniques variés et l'Homme de temps en temps... sont quelques exemples de l'alimentation des squales.

    • Reproduction

      Reproduction

      Dans ce domaine aussi, les requins ne sont pas des poissons comme les autres : Au lieu de féconder le frai libéré par la femelle, le requin male féconde la femelle; et les petits naissent autonomes et complétement formés.

      Le mode de reproduction  le plus fréquent est l'ovoviviparité : les oeufs fécondés se développent dans le cloaque de la femelle, à l'intérieur d'une poche vitellienne communne. Ce qui permet une forme de canibalisme : les plus avancés, lorsque  le vitellius est épuisés mangent les embryons moins développés.

      Certaines espéces possédent des  poches placentaires séparées pour les differents embryons. ce sont des vivipares; mais contrairement aux mammiféres, le jeune nait autonome et ne reçoit pas d'assistance des adultes aprés sa naissance. Enfin il y'a aussi  des  vivipares. Mais les oeufs sont entourés d'un important sac de vitellius et l' embryon se développe à lintérieur de ce sac.

      Dans tous les cas, les requins ont fait  le choix d'un nombre d'oeufs fécondés relativement faible (une dizaine) mais avecun faible taux demortalité. ces caractéristiques varient suivant les espéces, mais on peut retenir une maturité tardive (15 ans), une durée de  vie de  30ans (jusqu'à 70 ans) et des  gestations de l'ordre d'unan.

    • Evolution

      Evolution

      Les fossiles de requins bien conservés sont très rares, compte tenu de la nature cartilagineuse du squelette, le plus souvent seules les dents et denticules (de la peau) résistent à travers le temps.

      La phylogenèse du requin est donc particulièrement délicate. Les squelettes les plus anciens furent découverts à la fin du 19e siècle dans l'État de l'Ohio aux États-Unis, ils sont du genre Cladoselache, datant du Dévonien supérieur. D'une taille d'environ 2 m ce requin est loin d'être en position de superprédateur, mais plutôt de proie en particulier des Placodermes comme le Dunkleosteus.

    • Dentition

      Dentition

      Les dents des requins, dont la forme varie selon les espèces, sont renouvelées en permanence tout au long de la vie du requin, et sont spontanément remplacées par une dent de la rangée suivante lorsqu'elles tombent ou sont abîmées.

      Fixées sur un tissu fibreux très solide, elles se redressent vers l'extérieur lorsque le requin ouvre la gueule, ce qui lui permet de mordre plus facilement une proie et de la maintenir fermement grâce à ces des dents. Certains requins perdent plus de 30 000 dents durant leur vie. Le taux de remplacement des dents varie de une fois tous les huit à dix jours à plusieurs mois. Chez la plupart des espèces, les dents sont remplacées une à la fois contrairement à certaines, comme le Squalelet Féroce, qui remplace une rangée entière. La forme de la dent dépend du régime alimentaire du requin : ceux qui se nourrissent de mollusques et de crustacés ont des dents denses et aplaties utilisées pour le concassage, ceux qui se nourrissent de poissons ont des dents pointues et effilées, tandis que ceux qui se nourrissent de proies plus grosses, telles que les mammifères, ont des dents triangulaires avec des bords dentelés facilitant la coupe.

    • Nageoires

      Nageoires

      La plupart des requins ont huit nageoires

      Les requins utilisent leur nageoire caudale pour se propulser et changer brutalement de direction, les nageoires pectorales font office de gouvernail, la ou les nageoires dorsales servent de stabilisateurs. Le squelette des nageoires est allongé et soutenu par des rayons mous et non segmentés nommés cératotriches, filaments à base d'une protéine élastique ressemblant à la kératine cornée des cheveux et des plumes.

       La vitesse et l'accélération dépendent de la forme de la nageoire caudale, qui varie considérablement entre les espèces de requins : un gros lobe supérieur, permet de passer d'une nage lente à une nage rapide, et de tourner dans l'eau facilement lors de la chasse, tandis qu' un gros lobe inférieur permet de suivre le rythme  de  proies rapides. La colonne vertébrale du requin s'étend dans la partie dorsale, fournissant une plus grande surface pour la fixation du muscle. Cela permet une nage plus efficace. La queue peut aussi aider à attraper des proies, comme chez le requin-renard qui à le lobe supérieur très allongé pour assommer les poissons et les calmars.

    • Respiration

      Respiration

      Les requins respirent à travers cinq à sept fentes branchiales.

      En général, plus la famille d'appartenance est primitive, plus le nombre de fentes est élevé. Comme chez les raies, les branchies sont protégées par un repli de peau. Cependant, les fentes branchiales des squales sont situées sur les flancs, tandis que celles des raies sont situées sur le ventre.

      La plupart des requins sont obligés de nager en permanence, même à faible vitesse, afin de maintenir un courant d'eau apportant suffisamment d'oxygène à leurs branchies. Il arrive cependant que certains requins, plus particulièrement ceux vivant à proximité de récifs, se reposent sur le fond en se mettant face au courant, ce qui est suffisant pour qu'ils capturent l'oxygène nécessaire à leur métabolisme.

    • Vision

      Vision

      L'œil des requins est analogue à celui des vertébrés. Comme chez les hommes, il est composé d'un cristallin, d'une cornée, d'une rétine ainsi que d'une pupille qui peut se dilater et se contracter (contrairement aux téléostéens). Ils possèdent également un tapetum choroïdien, ce tissu contient des cristaux de guanine facilitant la vision aquatique. Il est situé derrière la rétine et réfléchit la lumière, augmentant ainsi la visibilité dans les eaux sombres.

      Il a également des paupières mais qui ne clignent pas, l'eau environnante nettoyant en permanence sa cornée. Certaines espèces ont en plus une membrane nictitante, cette membrane recouvre les yeux pendant la chasse afin de les protéger. Cependant, certaines espèces, comme le grand requin blanc, n'ont pas cette membrane, mais roulent leurs yeux vers l'arrière pour les protéger quand ils attaquent une proie.

      L'importance de la vue dans le comportement de chasse des requins est débattue.

      Certains scientifiques pensent que l'électroréception et la chimioréception sont plus importantes, tandis que d'autres prennent la membrane nictitante pour preuve que les yeux sont importants. Vraisemblablement, le requin ne se protégerait pas les yeux s'ils étaient sans importance. Mais l'utilisation de la vue dans la chasse varie probablement avec les espèces et les conditions de l'eau.

      Le requin peut basculer entre une vision monoculaire et une vision stéréoscopique à tout moment. En 2011, une étude australienne sur 17 espèces de requins montre que leurs photorécepteurs sont riches en bâtonnets mais n'ont pas de cônes ou un seul type de cône monochromatique, les rendant daltoniens. Les requins sont donc surtout sensibles à l'intensité du contraste entre le fond ambiant et l'objet.

    • Olfaction

      Olfaction

       Beaucoup de requins ont un odorat très développé.

      Leur centre olfactif pouvant occuper près de 2/3 de leur cerveau, Ils peuvent détecter des concentrations très faibles de certains composants du sang, de la viande, de la peau ou des excrétions des poissons.

      Leur odorat sert non seulement à repérer leurs proies mais aussi à reconnaître des composés chimiques qui facilitent leur orientation (phéromones d'autres requins ou des femelles de leur espèce ; salinité de différentes régions marines pour migrer ou repérer géographiquement des lieux de ponte ou de chasse...). La détection du stimulus olfactif déclenche un comportement natatoire caractéristique : le requin nage en zig-zag en balançant la tête de droite à gauche pour suivre la piste olfactive.

      Ils possèdent deux ouvertures nasales symétriques et indépendantes l’une de l’autre, situées juste sous le bord de leur museau, au-dessus et de chaque côté de la gueule.Chaque ouverture est divisée en deux canaux par un clapet: l'eau pénètre dans le sac olfactif par un canal , passe sur l'épithélium olfactif plissé où l'odeur est détectée puis ressort. Le requin s'oriente vers la source odoriférante en fonction du délai (analysé par le cerveau) de la perception de cette source entre l'ouverture nasale droite et gauche.

    • Ampoules de Lorenzini

      Ampoules de Lorenzini

       

      Les requins possèdent des organes sensitifs spéciaux appelés ampoules de Lorenzini pouvant détecter des champs électromagnétiques aussi bien que des variations de la température. Ils fournissent aux requins et aux raies un véritable sixième sens. Chaque ampoule se compose d'un canal rempli d'une sorte de gelée s'ouvrant sur la surface par un pore dans la peau et se terminant dans un faisceau de petites poches pleines de cellules électroréceptrices.Les ampoules sont la plupart du temps groupées en paquets à l'intérieur du corps, chaque faisceau ayant des ampoules reliées avec différentes parties de la peau, mais gardant une symétrie gauche/droite. La longueur des canaux change selon chaque animal, mais la distribution des pores semble spécifique à l'espèce. Les pores se présentent comme des taches foncées sur la peau.

    Imprimer

    offcanvas

    {loadposition posk1}

    bla bla...

    Liens